Deschapelles en juin 1832

À la suite de l’insurrection de juin 1832 Chateaubriand avait été arrêté et dans les Mémoires d’Outre-Tombe, évoquant ses interrogatoires par le juge Desmortiers, il écrit « Dans un de ses interrogatoires, il me lut une lettre de Charles X au duc de Fitz-James, et où se trouvait une phrase honorable pour moi. » Effectivement, Charles X écrivait « … entendez-vous avec le porteur de ce petit mot pour parler en mon nom à l’homme qui travaille avec autant de zèle que de talent à completter une belle et honorable vie… » (1) Le duc de Fitz-James, incarcéré et interrogé lui aussi et commentant cette phrase, identifia également « l’homme qui travaille avec autant de zèle » à Chateaubriand (2) Mais Desmortiers n’était pas de cet avis. Selon lui, « cet homme qu’il est facile de reconnaître est l’un de ceux avec les quels, suivant l’inculpation, vous seriez en rapport et ces mots du Roi Charles X, paraîtraient donner à l’inculpation quelque consistance. ». Et cet homme, ce n’était pas Chateaubriand mais Deschapelles. De toute évidence Desmortiers connaissait la teneur du rapport Gisquet sur les événements de juin 1832 (3), rapport où l’on peut lire : « … Je dois aussi vous faire remarquer la coïncidence dont je suis frappé entre ces faits et ceux qui viennent de mettre MM. de Fitz-James et de Chateaubriant sous la main de la justice. Je me bornerai, pour vous en convaincre, à vous citer la lettre écrite par Charles X le 17 avril et saisie dans les papiers de M. de Fitz-James, lettre dans laquelle il est question d’un personnage signalé comme travaillant dans l’intérêt de la dynastie déchue et que je présume être M. Deschapelles, et la lettre que M. de Chateaubriant fit insérer dernièrement dans les journaux pour révéler la sorte de sympathie et les relations fréquentes qui existaient entre lui et des chefs du parti républicain… »

Peut-être Chateaubriand et Deschapelles ne se sont-ils jamais rencontrés mais le rapport Gisquet évoque des contacts entre le duc de Fitz-James et Deschapelles : « … Deschapelles possédait rue du faubourg du Temple n° 120 une maison avec un vaste jardin. Ce fut probablement dans cette maison que s’effectua l’organisation de la société Gauloise et qu’à l’aide d’une presse secrète furent tirés les brevets des Tribuns et Centurions et les cartes délivrées aux simples membres. De nombreuses réunions eurent lieu dans cette maison et notamment dans les premiers jours de Juin. On remarqua dans ces réunions Mr de Bryas député, et l’abbé Châtel. Vers la même époque Deschapelles reçut aussi plusieurs visites de M. de Fitz-James, mais en particulier, soit que ces visites se rattachassent aux intérêts exclusifs de la Dynastie déchue (4), soit que l’union des deux partis eut été cachée à quelques républicains de bonne foi dont on aurait redouté l’opposition à de tels arrangemens… »

Deschapelles avait été arrêté le 8 juin 1832 mais fut relâché rapidement comme le duc de Fitz-James, Chateaubriand et Hyde de Neuville (5).

Un autre O’Héguerty participa à la Vendée de 1832 (6). Se serait-il agi de Jacques Louis François, officier légitimiste rayé des contrôles de l’armée française en 1831 ? (7)


  1. La lettre de Charles X est aux pages 47-48 de l’ouvrage : Procès de M. Berryer. Cour d’assises du Loir-et-Cher.- Paris : L. Janet, 1832.- 8°, 216 p.
  2. Et l’interrogatoire du duc de Fitz-James aux pages 63-65.
  3. Carton E5 26 aux Archives de la Guerre. Mr Bouchet en a trouvé deux autres exemplaires : Bouchet (Thomas).- Le Roi et les barricades : une histoire des 5 et 6 juin 1832.- Paris : S. Arslan, 2000, p. 47 n. 2.- (Histoire, cultures et sociétés)
  4. Deschapelles était respectivement beau-frère et oncle par alliance des écuyers O’Héguerty de la cour de Charles X en exil. Cf. Count H. Eltz, J. Hagerty.- Pedigree of the O’Hegerty Family, 1948, 1 p., 1 tableau. ; Baudrier (Pierre).- Liens de parenté insolites, Héraldique et Généalogie, vol. 10, n° 6, nov.-déc. 1978, p. 391 ; Baudrier (Pierre).- La notoriété de Deschapelles, p. 43 In Blanqui et les blanquistes… [Actes du colloque Blanqui tenu les 1, 2 et 3 octobre 1981 au Centre Malher de l’Université de Paris I (Panthéon-Sorbonne) / Ed. par la ] Société d’Histoire de la Révolution de 1848 et des Révolutions du XIXe siècle, préf. de Ph[ilippe] Vigier.- Paris : SEDES, 1986.- 292 p. ; 23 cm ISBN 2-7181-3116-0
  5. Cf. Baudrier (Pierre).- Chateaubriand ou Deschapelles ?, p. 5 In Pour André Crépin. La forêt dans la réalité et dans la fiction. Renard dans les vignes. Nains et géants. La femme dans la musique. Religion et littérature. La culture sur les rives de la Méditerranée. Varia.- Amiens : Presses du " Centre d’Études Médiévales ", Université de Picardie – Jules Verne, 2008.- V-488 p. (Études Médiévales, Revue publiée par Danielle Buschinger, 9ème et 10ème années, Numéro double 9-10)
    Thibaudeau fils bénéficia de la même faveur. Cf. Gisquet (Henri).- Mémoires de M. Gisquet, ancien préfet de police, écrits par lui-même [Tome] III.- Paris : Marchant, 1840, p. 117.
  6. J. F. F. Laroche, Souvenirs d’un officier de gendarmerie sous la Restauration publ. et annot. Par le Vte Aurélien de Courson ; 3ème éd., 1914, p. IV. Eh bien non, c’était Henri O’Héguerty. Cf. ; Charette de La Contrie (Bon Athanase-Charles-Marin de).- Journal militaire d’un chef de l’Ouest, contenant la vie de Madame, duchesse de Berri, en Vendée / par le baron de Charette.- Paris : G.-A. Dentu, 1842, p. 99.
  7. Dans ses Mémoires Rémusat prétendit que les troubles du 14 juillet 1831 devaient porter Deschapelles au pouvoir. Il le nomme " Lachapelle ", erreur usuelle apparemment puisque, de son côté, Cavour évoqua sa rencontre avec " ce vieux madré de la Chapelle " dans un club de jeu d’échecs.
Pierre Baudrier



Association Gennevilloise des Échecs
 
Association Gennevilloise des Échecs
Gennevilliers, Hauts-de-Seine, France - http://www.age-echecs.fr/
Contacts - Accueil - À propos du site

Dernière mise à jour de cette page 11/07/2010 AD

www.000webhost.com