Un joueur d’échec au XIXe siècle

Le joueur d’échecs (dans Balzac, 1861)

De nos jours, le joueur d’échecs n’a rien perdu de sa haute valeur; mais l’homme qui tient le sceptre de ce royaume d’ivoire n’a plus rien a démêler avec les souverains et les princes. À Paris, à Londres, à Vienne, à Berlin, à Saint-Petersbourg, la gloire des plus forts se contente d’une admiration de famille, et souvent elle ne franchit pas l’enceinte d’un club. Deux grands noms seuls ont passé les mers, et l’Indien même les connaît et les cite : hâttons-nous de dire que ces deux noms appartiennent a l’échiquier français, M. Deschapelles et M. de Labourdonnais : les cercles d’Allemagne et les clubs d’Angleterre ne leur opposent aucun rival.

Il a été donné à M. Deschapelles de rappeler, dans quelques circonstances de sa vie militaire, les exploits de Boy le Syracusain : après la bataille d’Iéna, il entra à Berlin avec une armée victorieuse, et se rendit au cercle des amateurs d’échecs, où il défia le plus fort, en lui proposant l’avantage du pion et deux traits. Ce fut un supplément à la bataille d’Iéna. Le cercle de Berlin fut battu en masse et en détail. M. Deschapelles finit par offrir la tour. La gravité méditative et l’organisation exacte et mathématique des Allemands furent vaincues par le calcul vif et spontané de l’amateur parisien.

Depuis une quinzaine d’années. M. Deschapelles, l’homme des hautes combinaisons par excellence, a abandonné le champ clos de l’échiquier. C’est aujourd’hui M. de Labourdonnais qui tient le sceptre, et qui régne et gouverne en roi absolu.

in Les Français peints par eux-mêmes, de Honoré de Balzac, chapitre « Le joueur d’échecs » par Méry, avec illustration même source, de Gavarni, p167



Association Gennevilloise des Échecs
 
Association Gennevilloise des Échecs
Gennevilliers, Hauts-de-Seine, France - http://www.age-echecs.fr/
Contacts - Accueil - À propos du site

Dernière mise à jour de cette page 12/07/2010 AD

www.000webhost.com